Quelle place pour la téléconsultation avec un gynécologue ?

 

Les consultations gynécologiques à distance ont toujours existé : combien de communications téléphoniques pour demander un conseil, présenter des symptômes, modifier une ordonnance … Elles sont motivées soit par l’urgence,  afin de pouvoir attendre une consultation présentielle et savoir quoi faire dans l’intervalle, soit par une difficulté à se rendre à la consultation classique. Ce n’est pourtant que récemment que l’Assurance Maladie a reconnu la réelle utilité de ce type d’activité économisant souvent des déplacements et des pertes de temps inappropriées, en la prenant en charge sous certaines conditions.

La nécessité de confinement imposée par l’épidémie du Covid-19, confinement total pour plusieurs semaines, et partiel pendant peut-être plusieurs mois, amène à réévaluer l’intérêt et les indications de la consultation à distance avec un gynécologue : son avantage majeur en ce moment est d’éviter l’exposition à une contamination toujours possible au cours d’une consultation présentielle, tant pour le patient que pour son médecin ; la sécurité de chacun lui impose en effet de considérer toute autre personne non symptomatique comme porteur sain du virus, donc potentiellement contaminant.

Il existe deux types de consultations gynécologiques à distance, selon les moyens utilisés : la téléconsultation proprement dite, par conversation téléphonique simple, et la visioconsultation avec un gynécologue qui permet aussi aux protagonistes de se voir en se parlant ; de plus, et selon les logiciels utilisés, la visioconsultation permet aussi d’échanger des documents.

Ce dernier moyen permet indubitablement de meilleurs échanges, à condition de disposer d’un appareillage ainsi que d’un débit internet adéquats : dans le cas contraires, les problèmes techniques vont parasiter l’essentiel de la consultation.

La consultation à distance ne peut s’envisager que lorsque la nécessité d’un examen clinique n’est pas évidente.

Téléconsultation infertilité

En infertilité, un certain nombre de consultations se passent sans examen clinique : consultations de synthèse, bilan d’une tentative échouée d’AMP, commentaires de résultats d’examens, demandes de 2° avis …

La plupart de ces rendez-vous habituels sont peuvent parfaitement se dérouler par visioconsultation, sans préjudice particulier pour la compréhension ni la qualité des échanges. Cette procédure peut contribuer à faire baisser l’angoisse en répondant à quelques questions sur l’infertilité, permettant ainsi de patienter plus sereinement en vue d’un rendez-vous présentiel plus éloigné.

Téléconsultation gynécologie

En gynécologie au sens plus large, la visioconsultation peut aussi se concevoir dans un certain nombre de situations. Si l’apparition de douleurs inhabituelles ou de pertes vaginales anormales nécessitent un examen clinique d’emblée et donc une consultation présentielle, la plupart des dysfonctionnements les plus courants peuvent au moins être « débrouillés » par un interrogatoire bien mené : troubles du cycle, saignements intempestifs ou au contraire absence de règles, problèmes de pilule ou d’autres contraceptifs, ajustement d’un traitement hormonal de la ménopause …

Cette téléconsultation peut ainsi s’achever :

  • Soit par la résolution du problème, ne nécessitant ni examens complémentaires, ni consultation classique ;
  • Soit par la demande d’examens complémentaires, avec un nouveau point présentiel ou non avec les résultats ;
  • Soit par la nécessité d’un examen clinique avant de prendre toute décision, donc d’une consultation classique cette fois-ci impérative ;

On voit ainsi que beaucoup de situations sont susceptibles de se résoudre par visioconsultation. Il est bien probable que les nécessités du confinement vont rapidement faire apparaître les avantages de cet outil largement sous-utilisé, et que, la crise passée, la gestion des consultations, comme beaucoup d’autres choses, « ne sera plus comme avant ».

 

 

2020-04-16T12:34:48+00:00avril 14th, 2020|Fertilité|